Connectez-vous maintenant
pour accéder à cette page


Mot de passe oublié?

Pas encore membre?
Apprenez-en plus!

Sous-titrage

Sous-titrer en direct, tout un défi!

Extrait du numéro 217 de la revue Entendre : Trucs, astuces et nouveautés pour mieux communiquer

Par Violaine Tremblay, locutrice/sous-titreuse, ICI Radio-Canada Télé et ICI RDI

Le sous-titrage est un outil indispensable pour une meilleure accessibilité aux contenus audiovisuels pour les personnes sourdes ou malentendantes. Mais savez-vous comment les chaînes de télévision produisent les sous-titres des émissions en direct ?

Les lecteurs du sous-titrage codé auront probablement remarqué que, pendant la diffusion de contenu en direct (les bulletins de nouvelles, par exemple), il y a parfois des erreurs de transcription et des délais dans l’affichage des sous-titres. Cela constitue un irritant important et nous en sommes bien conscients. Mais il y a des raisons à cela. Regardons ça de plus près.

La reconnaissance de la voix et le texte codé

Tout d’abord, il faut mentionner qu’à Radio-Canada, le sous-titrage du contenu en direct est effectué à l’aide d’un logiciel de reconnaissance vocale. Cette technologie offre plusieurs avantages, notamment une bonne analyse grammaticale contextuelle et une gestion conviviale du vocabulaire.

Vous vous demandez comment ça fonctionne? Un locuteur écoute le contenu diffusé puis, au fur et à mesure, le dicte à un logiciel, à l’aide d’un microphone. Il dicte ce qui est dit par les interlocuteurs, mais il doit aussi ajouter des commandes vocales pour la ponctuation, les changements d’interlocuteurs… tout ça en continu.

Chaque phrase prononcée par le locuteur est analysée pendant la dictée par le logiciel qui transcrit le contenu sous forme de texte dans une application de sous-titrage, avec les erreurs possibles d’analyse logicielle que cela comporte. Le texte transcrit est ensuite envoyé à un encodeur, le sous-titrage codé généré est enfin acheminé par un très long réseau jusqu’au récepteur (et décodeur) de chaque utilisateur, c’est-à-dire vous.

Le délai

Ce cheminement complexe de l’information dictée/analysée/encodée/décodée constitue la principale source de délai. Entre le moment où le locuteur entend le contenu et celui où la transcription codée a parcouru son chemin jusqu’à l’appareil du téléspectateur, il peut s’écouler un important laps de temps.

Le délai est une préoccupation de tous les instants pour les sous-titreurs. Mais même dans des conditions parfaites, et avec des perspectives de technologie améliorée, il y aura toujours un délai, aussi petit soit-il.

L’analyse du vocabulaire par le logiciel

Le logiciel de reconnaissance vocale contient un « dictionnaire » ou un ensemble de mots, qui ont chacun une « empreinte vocale ». Cela permet au logiciel d’associer une sonorité ou une prononciation à chacun des mots et de transcrire le bon mot lors de la dictée. La langue française contient une grande variété d’homophones, c’est-à-dire des mots qui ont exactement la même sonorité mais qui sont différents. Par exemple « maire », « mer » et « mère ».

Malgré une analyse contextuelle généralement très bonne, qui permet au logiciel de situer le mot parmi d’autres mots et d’améliorer le choix des mots transcrits et les accords (verbes, féminin ou pluriel), il peut arriver que le logiciel transcrive le mauvais mot, ce qui compromet le sens de la phrase. Un humain comprendrait qu’on ne prend pas ses vacances à la « mère » mais un logiciel peut commettre cette erreur.

De plus, dans certains cas, comme pour les émissions de variétés en direct, plusieurs interlocuteurs parlent en même temps, rapidement, rendant le travail du locuteur ardu. Il est difficile de ne pas trébucher pendant la locution d’une phrase lorsque tous les intervenants parlent si rapidement! Un mot prononcé trop vite à la suite d’un autre mot peut causer des problèmes d’analyse logicielle. C’est une autre cause fréquente d’erreurs de transcription.

Un souci constant pour la qualité

Les sous-titreurs locuteurs de Radio-Canada ont à cœur la qualité du sous-titrage et savent combien ce service est important pour les lecteurs, malentendants ou non. Leur souci premier est d’offrir le meilleur service dans un contexte souvent très rapide et changeant, celui du direct.

Quoi qu’il en soit, nous travaillons sans cesse à l’amélioration de nos techniques de travail et de nos paramètres technologiques. Pour un service public de qualité.

Pour toute question ou commentaire, vous pouvez nous joindre à l’adresse suivante: sous-titrage.questions@radio-canada.ca