Connectez-vous maintenant
pour accéder à cette page


Mot de passe oublié?

Pas encore membre?
Apprenez-en plus!

Ressources et documentation

L’UQÀM - Le Service d’accueil et de soutien aux étudiants en situation de handicap existe depuis plus de 30 ans

Extrait du numéro 215 de la revue Entendre : L’avenir des jeunes, Études et emploi

Edith Keays

Il y a 30 ans, il y avait 25 étudiants en situation de handicap inscrits à l’UQAM, on en compte cette année 1886. Cette croissance exponentielle s’explique en partie par l’élargissement du mandat du service au cours des dernières années pour inclure les personnes aux prises avec des troubles mentaux et des troubles d’apprentissage.

Depuis 30 ans, ce service n’a cessé d’améliorer sa façon d’accueillir les étudiants en situation de handicap. C’est important pour l’UQÀM de rendre l’éducation supérieure accessible à tous ceux et celles qui le désirent.

Il s’agit ici d’aider les étudiants à réussir leurs études. Ces derniers doivent répondre aux mêmes exigences académiques que les autres étudiants. Les accommodements mis en place viennent pallier le handicap et non l’exigence académique.

Mandat du service

Le service d’accueil et soutien aux étudiants en situation de handicap de l’UQÀM a le mandat de soutenir les étudiants qui ont des limitations fonctionnelles permanentes, qu’il s’agisse d’une déficience visuelle, auditive, motrice ou neurologique.

Le conseiller et l’étudiant identifieront donc les situations qui, en fonction des limitations, représentent un obstacle à la réalisation du projet d’études pour pouvoir mettre en place des services qui pallieront aux limitations et permettront à l’étudiant de poursuivre ses études dans des conditions égales à celles dans lesquelles évoluent les autres étudiants.

Fréquemment, les mesures mises en place requièrent la collaboration de plusieurs ressources à l’interne. L’intégration des étudiants handicapés passe inévitablement par le partenariat.

Le Service d’accueil et soutien aux étudiants en situation de handicap de l’UQÀM a le mandat de sensibiliser les enseignants et le personnel de soutien en les informant de ce qu’est le quotidien des étudiants qui vivent avec une déficience visuelle, auditive, motrice, ou neurologique.

Nouveauté pour les étudiants qui présentent une déficience reconnue

Les étudiants qui présentent une déficience reconnue et désirent obtenir des services spécialisés ou des ressources matérielles nécessaires pour poursuivre leurs études, doivent obligatoirement s’adresser à l’équipe responsable de l’accueil et du soutien aux étudiants en situation de handicap avant de présenter une demande à l’Aide financière aux études.

L’équipe vérifiera d’abord si ces formes de soutien sont offertes directement par l’UQÀM ou si l’étudiant doit adresser une demande à l’Aide financière aux études.

Service d’interprétariat

Les manifestations de la surdité varient d’un individu à l’autre selon qu’il éprouve une absence de perception des sons (personne sourde) ou une difficulté à entendre à des degrés divers (personne malentendante). Les personnes sourdes utilisent le langage gestuel (LSQ) ou la lecture labiale comme forme de communication.

Le rôle de l’interprète

Le service d’interprétariat oraliste ou gestuel permet à l’étudiant sourd de suivre les propos du professeur et de communiquer avec les personnes entendantes. Le rôle de l’interprète consiste à rendre le message dans sa totalité en transmettant fidèlement l’esprit et l’intention du message (que ce soit quand le professeur parle, quand un étudiant intervient, quand quelqu’un rit ou s’il y a un bruit dans la classe). L’interprète facilite ou établit la communication; il n’y participe pas. En aucun cas, l’interprète ne se substitue au professeur ou à l’étudiant dans l’acte de transmettre ou d’apprendre des connaissances.

Résumé des services offerts :

  • Consultation avec un conseiller
  • Aide financière et bourses
  • Passation d’examen
  • Services d’interprétariat
  • Ateliers

Pour l’UQÀM, l’accessibilité à l’éducation supérieure est essentielle.

Source : Tirée du site internet de l’UQAM