Connectez-vous maintenant
pour accéder à cette page


Mot de passe oublié?

Pas encore membre?
Apprenez-en plus!

Ressources et documentation

Les innovations en cours de développement

Extrait du numéro 217 de la revue Entendre : Trucs, astuces et nouveautés pour mieux communiquer

Claire Moussel, responsable administration et développement à l’AQEPA Provincial

De plus en plus d’équipes d’informaticiens ou d’ingénieurs développent des inventions pointues afin de permettre une meilleure accessibilité pour les personnes vivant avec un handicap. Cela concerne donc aussi les personnes vivant avec une surdité. Voici notamment quelques exemples ayant vocation à traduire la langue des signes.

KinTrans

KinTrans est un logiciel qui permettra aux sourds gestuels et aux entendants de communiquer grâce à la combinaison d’un système de reconnaissance des mouvements qui retranscrira les signes en voix, et un système de reconnaissance vocale qui retranscrira la voix par du texte écrit.

Cet outil a été conçu dans un premier temps pour le milieu professionnel : il permettra aux commerçants, aux entreprises et aux services administratifs d’offrir une meilleure accessibilité aux personnes sourdes. Dans un second temps, le programme sera développé pour un usage domestique. Cette innovation a été présentée lors du CES2017 (Consumer Electronics Summit) à Las Vegas. Elle est actuellement disponible pour les langues anglaise et arabe. Démonstration vidéo : ici 

Gant SignAloud

Navid Azodi et Thomas Pryor, deux étudiants américains de l’Université de Washington, ont développé un prototype de gant capable de « traduire en direct la langue des signes » grâce à des algorithmes. Des capteurs situés sur les gants et leurs bracelets analysent les mouvements des doigts et la position des mains dans l’espace, ce qui permet d’associer un signe à un mot retranscrit à l’oral par une voix synthétique.

Selon ces inventeurs, qui ont remporté le prix étudiant de Lemelson-MIT, la communication est un droit humain fondamental, qui doit être rendu plus accessible à un plus grand public. Ils souhaitent que leur invention fournisse un lien de communication facile entre les locuteurs de langue des signes et le reste du monde. Démonstration vidéo : ici

Des innovations à prendre avec des pincettes

De prime abord, ces innovations sont évidemment très enthousiasmantes : on ne peut qu’être impressionnés, d’une part, par les progrès technologiques réalisés et d’autre part, par le fait que des ingénieurs travaillent dans le sens d’une meilleure accessibilité pour les personnes vivant avec un handicap.

Néanmoins, il est nécessaire, une fois la première impression passée, de se questionner sur l’utilisation réelle de ces inventions.

Seront-elles vraiment capables, comme on nous le présente, de « traduire la langue des signes »?

Ces produits, développés par des ingénieurs, représentent des prouesses technologiques indéniables, mais ne semblent pas encore capables de pouvoir traiter toute la complexité de la langue des signes dont les configurations des mains, leurs emplacements, leurs orientations et leurs mouvements ne sont pas les seules composantes : le regard, l’occupation de l’espace et les expressions du visage font partie intégrante de la syntaxe.

À cela s’ajoute le fait que la langue des signes n’est pas universelle : une adaptation serait nécessaire d’un pays à l’autre!

Il est donc plus prudent de considérer cela comme une première étape, comme des essais qui mèneront peut-être un jour à la création d’outils sophistiqués capables de retranscrire fidèlement une conversation signée complexe. Mais cela ne sera possible que si les ingénieurs, qui possèdent les connaissances techniques, travaillent de concert avec des interprètes, qui possèdent, eux, les connaissances linguistiques.

En attendant, rien ne remplacera le travail des interprètes professionnels qualifiés !