Connectez-vous maintenant
pour accéder à cette page


Mot de passe oublié?

Pas encore membre?
Apprenez-en plus!

Vie scolaire

L’apprentissage de l’anglais au primaire, pour l’élève ayant une déficience auditive

Extrait du numéro 185 de la revue Entendre : Apprentissage d’une langue seconde

Sylvie Hamel
M SC A, personne ressource au service régional de soutien et d’expertise en déficience et difficultés auditives de la Montérégie

En 2006-2007, le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport introduit l’apprentissage de l’anglais langue seconde au premier cycle du primaire et vient réaffirmer l’obligation d’offrir la grille matières à tous les élèves, quelles que soient leurs caractéristiques, à l’exception de ceux qui présentent une déficience intellectuelle de moyenne à profonde. Cette décision fait en sorte que les élèves ayant une déficience auditive, comme les autres élèves, doivent suivre le programme d’anglais, langue seconde dès le premier cycle du primaire. La Loi sur l’instruction publique prévoit cependant qu’une commission scolaire peut exempter un élève de l’application d’une disposition du régime pédagogique pour raisons humanitaires ou pour lui éviter un préjudice grave (LIP, art.222).

Par contre, avant d’exempter un élève de suivre une matière dont la réussite est obligatoire pour l’obtention du diplôme d’études secondaires, telle la langue seconde, l’organisme scolaire doit avoir mis en place les mesures de soutien appropriées et avoir constaté que, malgré ces mesures, l’élève demeure incapable de réaliser des apprentissages dans cette matière.

Aperçu du programme d’anglais, langue seconde au premier cycle du primaire

Le programme est orienté vers la communication et la culture. Il fait appel à des textes authentiques (chansons, comptines et histoires) puisés à même le répertoire destiné aux enfants anglophones. L’évaluation des compétences de l’élève n’est pas axée sur la production orale mais sur sa capacité à utiliser des stratégies d’apprentissage, sur sa participation et sur ses tentatives d’utilisation de l’anglais en classe plutôt que sur sa performance. L’élève bâtit lui-même son répertoire de mots et expressions. Ce répertoire n’est pas déterminé à l’avance par l’enseignant. Le programme réunit les conditions essentielles favorisant le développement optimal des compétences communicatives et prend en compte les caractéristiques des jeunes élèves et leurs besoins.

Le programme offre aux élèves :

  • Des expériences d’apprentissage actif de courte durée (ils regardent, écoutent, bougent, imitent, touchent, parlent…)
  • De participer aux activités de la classe au sein d’un groupe
  • Des situations d’apprentissage prévisibles (ex : répétitions, histoires avec passages répétitifs et enchaînement d’événements prévisibles)
  • Une routine de classe constante (période active, période de consolidation des acquis et période d’autoévaluation)
  • De s’appuyer sur le contexte (la situation immédiate) pour communiquer
  • Des supports visuels
  • Une classe disposée de manière à favoriser la concentration, le contact visuel entre l’élève et l’enseignant ainsi que l’accès aux supports visuels et autres ressources

Les défis pour l’élève ayant une déficience auditive

En classe d’anglais, la plupart des élèves entendants auront à apprendre un nouveau code linguistique mais pourront le faire en s’appuyant sur leur langue maternelle qu’ils maîtrisent assez bien. Quant à l’élève ayant une déficience auditive, celui-ci ne disposera pas de toutes les bases communicatives et langagières dans sa langue maternelle pour amorcer l’apprentissage de l’anglais. Il devra alors développer des stratégies qui lui permettront de:

  • Trouver un sens à l’information reçue bien que son système linguistique soit incomplet dans sa langue maternelle
  • Tirer parti de ses connaissances antérieures comme source d’information quoique ses expériences soient souvent restreintes
  • Faire des liens et inférer à partir de connaissances générales et de vocabulaire moins étendus

L’enseignant devra alors identifier les besoins particuliers de l’élève puis déterminer les actions qui faciliteront l’apprentissage chez ce dernier. Dans un premier temps, en veillant dans son enseignement à mettre en place les différentes conditions essentielles citées précédemment et porteuses de succès auprès d’élèves qui présentent des difficultés, l’enseignant s’assure d’ores et déjà de favoriser l’apprentissage de l’anglais chez l’élève ayant une déficience auditive. Puis en observant l’élève pour mieux comprendre les défis de ce dernier, l’enseignant déterminera d’autres actions pour soutenir davantage la mise en œuvre de certaines stratégies d’apprentissage.

L’expérimentation du programme

Les rapports des deux années d’expérimentation du programme d’anglais, langue seconde au premier cycle du primaire concluent à un bilan très positif de la part de l’ensemble des partenaires (élèves, directions d’école, titulaires, enseignants d’anglais et parents). L’expérimentation permet de confirmer que le programme est adapté à l’âge des élèves. Elle permet aussi d’établir que, à raison d’une heure et demie à deux heures par semaine d’enseignement, les élèves peuvent enregistrer des gains importants sur le plan de la compréhension et commencer à s’exprimer en anglais de façon simple.

Pratiques et expériences positives auprès des élèves ayant une déficience auditive

Le bilan s’avère aussi positif pour la première année (2006-07) d’introduction du programme aux élèves ayant une déficience auditive des classes de l’école Saint-Jude, école spéciale régionale en déficience auditive de la Montérégie. Par ailleurs, ici même au Québec, l’expérience et le succès vécus depuis près de quinze ans par des élèves oralistes déficients auditifs anglophones intégrés en classes d’immersion française dès la maternelle appuient grandement l’introduction du programme d’anglais, langue seconde au 1er cycle du primaire auprès des enfants déficients auditifs francophones. De plus, les études nous révèlent clairement que les jeunes ayant une déficience auditive ont la capacité d’apprendre une seconde langue orale en bas âge.(Waltzman, & al (2003, 2004), Rhoades, (2006)).

Sans nier les difficultés que pourraient rencontrer les élèves ayant une déficience auditive dans l’apprentissage de l’anglais, langue seconde, ceux-ci bénéficieront des avantages de cet apprentissage au degré où ils seront capables. Selon les études, les élèves ayant fait l’apprentissage d’une langue seconde démontrent une conscience métalinguistique accrue, une meilleure flexibilité cognitive, une plus grande ouverture aux autres cultures et un plus grand niveau de créativité. Il s’avère donc judicieux de mettre l’élève ayant une déficience auditive en contact avec l’anglais, langue seconde, le plus tôt possible et de proposer des interventions adaptées qui seront inscrites à son plan d’intervention.

Références :
www. mels.gouv.qc.ca/DGFJ/dp/experimentationals.htm
Groupe de travail sur l’apprentissage d’une langue seconde, MELS. (2007). Apprentissage de l’anglais, langue
seconde au 1er cycle du primaire, document de soutien à l’accompagnement des milieux.