Connectez-vous maintenant
pour accéder à cette page


Mot de passe oublié?

Pas encore membre?
Apprenez-en plus!

Vie scolaire

La technologie au service des adolescents sourds non oraux pour une meilleure intégration au travail

Par Hélène Boulanger , Orthophoniste, Coresponsable projet iCom
et Chantal Turcotte, Orthopédagogue-enseignante, Coresponsable projet iCom

Les élèves sourds qui communiquent en langue des signes et qui ont des difficultés graves d’apprentissage en lecture et écriture ont généralement de grandes difficultés à communiquer avec les personnes qui ne connaissent pas la langue des signes. Ce handicap nuit considérablement à leur chance d’intégration parmi la population générale puisqu’ils ne peuvent comprendre ou émettre un message oral. Ces jeunes sourds vivent beaucoup d’isolement et ils peuvent se sentir rejetés par la société, faute de réussir à s’y intégrer.

De 2013 à 2017, le Ministère de l’Éducation a subventionné deux projets au secteur des Sourds de l’école secondaire Lucien-Pagé sur l’utilisation d’outils de suppléance à la communication orale et écrite auprès des adolescents sourds. Le premier projet s’intitulait : « Intégration de l’appareil mobile, le iPad, pour soutenir la communication non-orale et les apprentissages scolaires en vue de faciliter la transition-école-vie-active des élèves sourds.»  

Ce projet innovateur nous a valu le prix BRAVO de la commission scolaire de Montréal en 2014.

Au fil des ans, nous avons constaté que l’absence d’un moyen de communication efficace au travail a des impacts importants sur le stagiaire sourd : isolement social, difficulté de compréhension des tâches demandées, difficulté lors de demandes diverses d’aide, de soutien ou d’information, etc.  Et c’est pourquoi nous avons ciblé l’intégration dans le milieu du travail pour le deuxième projet ministériel intitulé : « Soutien technopédagogique, l’iPad, pour transformer l’incapacité de l’élève sourd à communiquer à l’oral en capacité à communiquer et à s’intégrer pleinement sur le marché du travail ».

Par l’utilisation de tableaux de communication, de dictionnaires imagés et de la voix de synthèse sur son iPad, le jeune sourd apprend à développer d’autres outils de communication que sa langue, la langue des signes.

 

Nous nous sommes vite aperçues qu’en plus de soutenir l’élève dans l’utilisation du iPad pour s’exprimer avec des personnes entendantes, il y avait aussi une sensibilisation à faire auprès des interlocuteurs du jeune. Comme le jeune sourd ne peut entendre ni comprendre ce que son interlocuteur dit, il fallait que l’interlocuteur trouve aussi une façon de suppléer à sa communication orale.

À l’école Lucien-Pagé, les élèves sourds en formation préparatoire au travail (FPT) et leurs enseignants ont été formés à l’utilisation du iPad comme outil de suppléance à la communication orale et écrite en contexte de travail. Des liens de partenariat se sont tissés entre l’école et des organismes tels un centre d’emploi et des centres de réadaptation pour ainsi créer des ponts entre l’école et la vie active du jeune.

L’utilisation d’un outil de suppléance à la communication en stage s’est avérée ardue et même abandonnée par plusieurs élèves sourds. Malgré tout, l’engouement de l’iPad par les intervenants et les élèves demeure. Des succès de communication efficace ont été remarqués. De nouvelles avenues pour développer l’autonomie et l’insertion sociale ont été explorées. L’iPad est un outil multifonctionnel permettant d’explorer une foule de mesures de soutien à l’intégration à la vie active des élèves. Toutefois, l’outil devient difficilement efficace sans le soutien majeur des intervenants et du milieu.

En conclusion, nous croyons qu’avec l’évolution des services d’accès pour les personnes sourdes, nous verrons bientôt apparaitre de nouveaux services d’interprétation en langue des signes québécoise via internet. Depuis plus de 2 ans maintenant, il existe les services de relais vidéo  (SRV), mais pour les appels téléphoniques seulement. La tablette numérique ou le cellulaire sera alors encore plus utile aux personnes sourdes pour communiquer avec les personnes entendantes ne connaissant pas la langue des signes et ce, grâce à de l’interprétation à distance.